United – Liverpool, les deux pôles opposés

La reprise de volée de Cantona en finale de FA Cup. La tête d’O’Shea à la 90ème. Le 4-1 infligé à United et le carton rouge de Vidic en 2009. Manchester United – Liverpool est un clasico qui nous a régalé dans les dernières décennies, alimenté par une féroce envie de triompher sur l’autre.

Des précédents chauds bouillants

On retrouve deux équipes dont les destins ont étés fréquemment opposés : Liverpool a dominé les années 80 alors que United traversait une énorme période de galère. L’arrivée d’un certain Alex Ferguson a tout changé : déterminé à détrôner les Reds, ses équipes ont parvenu à écumer les titres sur les décennies suivantes, et finalement dépasser les 18 titres de D1 remportés par Liverpool. Le règne des Mancuniens – ainsi que le déclin de leurs rivaux- ont été tellement cinglants que ces-derniers n’ont toujours pas parvenu à s’imposer une seule fois en Premier League.

La saison dernière, Liverpool a pourtant eu une opportunité incroyable de rafler un premier de champion, en défiant le marché des paris en lignes à plusieurs reprises avec des prestations inattendues alors que United sombrait. La suite on la connait par cœur.

Manchester a de l’allure, Liverpool…

Après une saison au sommet, Liverpool a repris à dérailler. Rien ne semble avoir marché depuis le départ de Luis Suarez. Ses remplaçants (notamment Mario Balotelli et Rickie Lambert) ne marquent pas. Les jeunes milieux de terrain achetés… ne voient pas le terrain, et quand ils jouent ils n’offrent pas beaucoup d’espoir à leurs supporteurs, à l’instar du rouge de Lazar Markovic contre Bâle.

Alors que Liverpool est en chute libre – en championnat et en Europe- Manchester semble se reprendre grâce à un mercato ambitieux et l’arrivée de Louis Van Gaal. Cinq victoires d’affilée ont redonné de l’allure aux Mancuniens, capables de profiter du retour de Michael Carrick. Les parieurs en ligne seront frappés par le fait que depuis le retour de son sénateur, United a réalisé le plus de passes en Premier League, et par les dix buts réalisés sur cette période.

Une occasion unique pour les fans des paris en ligne !

Pourtant les apparences peuvent être décevantes : malgré ses cinq victoires d’affilée, les Red Devils n’affichent toujours pas le jeu que son public s’attend, et demeurent toujours un chantier ouvert. De plus, la dernière fois que les deux clubs ce sont rencontrés à Old Trafford, Liverpool s’est aisément imposé 3-0. Alors que les visiteurs ont été inconstants, ils ont tout de même alterné de beaux matches avec des prestations médiocres. Quelle équipe se présentera à Old Trafford ?

Une question que les parieurs en ligne devront se poser. Adam Lallana, lui, ne semble pas s’interroger du tout : malgré la côte fracturée, si Rodgers a besoin de lui, il n’hésitera pas. Balotelli pourrait également retourner de sa blessure, mais seulement sur le banc, alors que Sturridge risque de rater le match, en laissant Raheem Sterling tout seul en attaque. Les Red Devils, eux, pourront aligner Robin Van Persie, auteur de six buts lors de ses neuf derniers matches en Premier League contre Liverpool. Une moyenne meurtrière pour une rivalité meurtrière.

Le Standard cherche sa revanche

Un haletant Standard- Bruges s’annonce, un choc qui pourrait permettre à Bruges de consolider sa première place en Jupiler Pro League. Ou au Standard de se venger.

Le Standard de Liège accueille le Club de Bruges samedi pour une rencontre qui s’annonce chaude bouillante. C’est vraiment le pire des moments pour affronter les Blauw en Zwart, dont la remontée en boulet de canon leur a valu la première place en Jupiler Pro League.

Les Rouches ont fréquemment surpris les passionnés de paris sportifs en 2014, à  l’image de leur série de quatre défaites consécutives, synonyme de septième place en championnat et d’une humiliante élimination en Coupe. Une défaite à domicile contre Lokeren était peut-être envisageable, mais pas les quatre buts encaissés, ni le manque de jeu affiché par les liégeois.

Lire la suite sur unibet.be

 

Will the Donkeys fly against Inter at the Bentegodi?

Chievo welcome Inter to the Bentegodi on Monday looking to go unbeaten for a sixth straight Serie A game.

The Clivensi have quietly fought their way out of the relegation zone since Rolando Maran took over from Eugenio Corini, capping off their run with a 2-0 away win over Cagliari last week.

Things have changed since Corini was given the brown envelope in late October – the Mussi Volanti have gone from being 3-0 down at half-time to Roma to beating Cagliari with two strikes inside 10 minutes, including a Riccardo Meggiorini overhead kick.

Read more at http://www.football-italia.net/SerieA/match/preview/52913

La Gantoise à la rescousse

La Gantoise accueille Genk dimanche pour le compte de la 18eme journée dans une rencontre qui a une certaine valeur symbolique pour les deux équipes. Pour Gand, c’est l’occasion de se venger d’un adversaire qui lui a chipé la dernière place en PO1 la saison dernière, et cela d’un tout petit point.

Le club limbourgeois, de son côté, a accueilli les Buffalos seulement quelques jours après avoir engagé Alec McLeish au mois d’août. À l’époque, Genk était 14eme, et ne comptait que 3 points sur 12, alors que La Gantoise était deuxième avec 10 points.

La renaissance Limbourgeoise

La suite on la connait par cœur : une rencontre virevoltante, les deux buts d’avance du Racing rapidement effacés par la résurgence Gantoise – y compris la prouesse de Milicevic sur coup-franc – et le but de la victoire d’Okriashvili.

Il aura pourtant fallu plus de deux mois pour que Genk recolle avec les avant-postes. C’est seulement après une série invraisemblable de sept nuls en dix matches (dont quatre nuls sous la houlette de McLeish) que les limbourgeois ont tourné la page : quatre victoires en six matches, synonyme de sixième place, à seulement quatre longueurs du sommet.

Genk a surtout retrouvé un jeu plus tranchant, à l’image des onze buts inscrits sur les sept dernières journées. Les Limbourgeois ont également appris à gagner même sans le mériter, à l’instar du hold-up de Bruges, où Hervé Kage a trouvé la tête decisive de M’Boyo à la 84eme minute pour empocher le wagon.

Les Buffalos doivent sortir la tête de l’eau

Alors que Genk semble finalement capable de passer à la vitesse supérieure, on ne peut pas en dire autant pour la Gantoise : après avoir prolongé sa série de matches (9) à domicile sans victoires sur les Mauves, elle n’a pas pu profiter du Topper pour recoller avec le sommet.

Toutefois les Buffalos restent l’une des meilleurs équipes du championnat, et ont toujours de quoi enthousiasmer les passionnés de paris sportifs, à partir du trio composé de Raman, Depoitre et Milicevic, auteur de 18 buts en Jupiler League. Cette rencontre reste une occasion à ne pas manquer pour les hommes de Vanhaezebrouck, qui devront faire face au Standard et à Courtrai après le déplacement – plutôt abordable- à Malines.

Vivez ce choc de la Jupiler Pro League sur unibet.be !

De l’autre côté, le talent de Buffel, Kage, Schrijvers, M’Boyo, Gerkens et un Sekou Cisse en pleine renaissance offre énormément d’opportunités aux fans des paris sportifs, et surtout ceux du marché de l’over/ under. On pourrait bien dire la même chose de Laszlo Köteles, dont les superbes parades ne suffisent pas à excuser les casseroles vues contre le Standard et Zulte-Waregem.

Un match enthousiasmant nous attend dimanche. C’est certainement ce que Luc de Vos aurait aimé : en honneur de l’ancien chanteur des Gorki (ainsi que supporteur acharné des Buffalos) disparu la semaine dernière, les équipes se réuniront dans le rond central pour chanter « Mia » une dernière fois. Un spectacle émouvant auquel le public participera volontiers.

Chelsea tripped up on Tyneside

Newcastle is Chelsea’s twilight zone. Jose Mourinho has yet to win a league game here, though he tried to make up for that by making three changes at half-time to counter a Patrick Kluivert goal back in 2005. Though the Dutchman and his dreadlocks wouldn’t last at St James’ Park – he left the following season – his goal would go down in lore, knocking Chelsea out of that year’s FA Cup, thus ending their chances of winning the quadruple.

What’s truly bothersome about today’s defeat is that this isn’t a very good Newcastle side, even with its ten absent pieces back in the fold. Though the Toon obviously deserved their win, Chelsea arguably played themselves out of contention after a promising start, and look to have allowed Manchester City to come back within three points. At least the preposterously early invincibility theme is behind us.

What Pardew got right… and what he got wrong

It’s fair to say that the former West Ham and Southampton man isn’t every punter’s cup of tea. But credit must go to him for a number of choices, beginning from the use of Jack Colback in midfield. His late run in the first run wasn’t picked up by Fabregas, but by the onrushing Courtois, who deprived him of a clear-cut chance. Colback was everywhere, and a huge nuisance to the Blues. Tottenham could have done with a destroyer of his ilk in midweek.

Pardew’s choice to try quick vertical attacks also occasionally bore fruit, as the speedy Ayoze was able to turn his marker a couple of times in the first half and release the wings. Without the domineering Matic around, Newcastle knew they could chance their hand in the middle, and did so.

That considered, it’s hard to work out exactly what kind of strategy Pardew had in mind for this game. It may explain why his teams are so maddeningly inconsistent, how they can be world-beaters one minute, and masochists the next. Key to this was his midfield’s lumbering build-up. Often exposed to the counter, Newcastle left their defence unprotected on more than one occasion, and Chelsea should really have taken advantage.

Newcastle’s midfielders were guilty of either rushing too eagerly towards Hazard – which allowed the Belgian to slot a pass across the edge of the box to the onrushing Willian, who flashed his effort wide – or unable to cover space when their fullbacks tucked in. One such oversight from Ameobi allowed Willian to rush into the box unmolested, and could have proved costly. Newcastle’s midfielders were very poor on cutbacks, which include Hazard’s effort on the post late on. Almost everybody rushed to the front post.

Chelsea’s missed opportunity… and Gary Cahill

Whilst they didn’t create an overwhelming amount of chances, the Blues were clearly on top in the first twenty minutes, and should simply have done more to expose Newcastle’s frailties. The midfield’s regular counters – thanks in no small part to Oscar and being cleverly positioned in key passing lanes- should have led to an early Chelsea strike.  Apart from Willian’s strike, Costa chose to have a crack from the edge of the box when nobody was on Oscar- another open cutback option.

After that, Chelsea allowed Newcastle back in the game, though the sloppiness would come back with a vengeance when Gary Cahill fluffed a clearance, allowing Newcastle to open the scoring a few minutes into the second half. Gary Cahill simply hasn’t developed into the leader Chelsea were hoping to mould to replace Terry. He still needs training wheels, over two seasons after playing the game of his life in Munich.

Their backs to the wall, Chelsea finally woke up again: Fabregas’ diagonal chips in the box offered Chelsea some good alternatives, especially when Drogba was able to knock one down for Costa, whose effort found both Coloccini and Taylor in its way.

Despite my misplaced twitter cynicism, Jose Mourinho actually got his subs right. Drogba pulled one back for Chelsea and was an incredible physical presence in the box. The choice to throw in Schurrle may not have been so rewarding, though he looked decent trying to drop deep and build things up. It was, however, a necessary move, as Willian and Oscar seemed to have left their heads in the changing room.

Tactical takeaways: Chelsea 3-0 Tottenham

It’s not every day that a club buys Christian Eriksen, Nacer Chadli, Paulinho, Etienne Capoue and Érik Lamela and falls off a cliff. Yet that is what has happened to Tottenham Hotspur, who despite another summer of sexy acquisitions are still miles off fulfilling their potential, or flashing more than glimpses of the passing football Mauricio Pochettino’s Southampton was capable of. The aforementioned players aren’t hipster football icons, the preserve of those among us who choose to follow alternative leagues: they’re good, in some cases damn good. They undoubtedly have their flaws, but are mostly young and can learn.

Yet here in North London their skill is a thing of the past, a relic the Spurs faithful are desperately clinging onto, in the hope that this tunnel really does lead back to the great outdoors.

Yesterday’s game perfectly encapsulated this, as an interesting start from the Lilywhites quickly turned into a nightmare when Chelsea landed a fierce one-two to put their opponents on the ropes. Tottenham never recovered. So much promise, so little to write home about. Chadli’s criminally late entrance wasn’t enough to change things.

Read rest of article on Blues1905.com

http://www.blues1905.com/the-opinion/tactical-takeaways-chelsea-3-0-tottenham-hotspur-2464

 

 

City – Everton: les Citizens ont-ils tourné la page?

C’était peut-être seulement une question de temps avant que Manchester City ne s’empare de la seconde place en Premier League aux dépens de Southampton. Maintenant, c’est aux hommes de Manuel Pellegrini de prouver qu’ils peuvent recoller avec Chelsea, qui a gardé son avance de six points après sa victoire à domicile contre Tottenham.

Lisez la suite sur
https://fr.unibet.be/betting/news/suivez-manchester-city-everton-en-direct-sur-unibet-be-1.618062

Tottenham – Everton, le derby belge

Tottenham accueille Everton samedi pour un match lourd d’enjeux qui prendra sans doute le devant de la scène dans le monde des paris en ligne. Au-delà des aspirations européennes et des ambitions de beau jeu affichées par les deux équipes, l’affiche pourrait impliquer pas moins de cinq gros poissons belges, à savoir Nacer Chadli, Moussa Dembélé, Jan Vertonghen, Romelu Lukaku et Kevin Mirallas. Le marché des buteurs fera notamment l’objet des attentions des parieurs.

Lire la suite sur

https://fr.unibet.be/betting/news/tottenham-everton-le-derby-belge-1.617380